top of page

Installer un composteur dans les règles de l'art : le guide ultime

Aujourd'hui, je vous présente le guide ultime pour installer un composteur au jardin dans les règles de l'art. Vous découvrirez les meilleures pratiques pour choisir le bon emplacement, préparer le sol, et équilibrer vos déchets verts et bruns pour un compostage efficace.


Cet article sera accompagné d'un exemple concret lié à la récente (ré)installation d'un composteur dans mon jardin. Je dis « réinstallation » car il s'agissait pour ma part de déplacer un ancien composteur et d'en ajouter un nouveau fourni par notre syndicat intercommunal de collecte des déchets. Cependant, les étapes et les conseils restent les mêmes quelle que soit votre situation ! 🍂🪵


Que vous soyez un jardinier débutant ou expérimenté, ce guide vous aidera à transformer vos déchets de cuisine en or noir pour vos plantes. Et n'oubliez pas : si vos voisins commencent à vous appeler le « roi du compost », vous saurez que vous avez fait du bon travail ! 😉


Installer un composteur : une femme tient dans ses mains du compost mûr, brun, homogène et friable

0. Pourquoi composter ?


Outre le fait que par une loi européenne le compostage des « biodéchets » soit devenu obligatoire, installer un composteur au jardin constitue une excellente initiative pour réduire les « déchets verts » et enrichir le sol.

En effet, les feuilles mortes, les déchets de cuisine, les branches mortes ou la taille des haies fournissent un formidable carburant pour vos plantes. Plutôt que de les envoyer à l'incinérateur, les micro-organismes et les macro-organismes du sol vont les décomposer et vous fabriquer du « terreau » gratuitement !


Je déforme la réalité, il s'agit vraiment d'humus, et non d'un véritable terreau, cependant il regorge de nutriments pour les végétaux. Simplement surfacé ou mélangé à de la terre, le compost enrichit votre sol.


Enfin, cela constitue un cercle vertueux et un recyclage de la matière sur le lieu même de la consommation. En effet, en poussant, les végétaux prennent des éléments dans le sol et petit à petit l'appauvrissent. Si on évacue ailleurs les déchets de coupe, on prive notre terre de quoi se régénérer.


Qu'est-ce que le compostage ?


Le compostage est un procédé naturel qui a lieu en continu sur le sol des forêts : le processus d’humification. La matière organique en décomposition va se transformer en humus. Dans le jardin et plus précisément dans le composteur, on va tirer parti de cette force naturelle.


En présence d'humidité et d'oxygène, un certain nombre d'animaux et de mycètes vont « détruire » les cellules végétales ou animales mortes en les mangeant, en les digérant puis en les réincorporant à la terre. La matière organique redevient alors de la matière minérale (azote, phosphore, potassium, oligo-éléments...) qui sera de nouveau assimilable par les plantes. Dans le compost on fabrique tout simplement de l'humus comme dans la forêt ! 😉🌳


Les organismes qui vont décomposer la matière organique morte


Deux types d'organismes vont décomposer les « déchets » verts :

  • les micro-organismes : les bactéries et champignons, les collemboles

  • les macro-organismes : le mille-pattes, la cétoine dorée (larve et adulte), le pince-oreille, les lombrics (vers de terre), le cloporte


Il est donc important de bien positionner le composteur sur un sol vivant, non minéral, sinon cela ne fonctionnera pas.


Par ailleurs, pendant ce processus de décomposition, le compost génère de la chaleur qui peut atteindre 70°C ! Vous comprenez donc que le composteur ne doit pas se trouver en plein soleil, sous peine d'incendie en été.


 

Ce préambule posé, voici les meilleures pratiques et les étapes à suivre dans l'ordre pour une installation optimale :


1. Choisir le bon emplacement


Pour installer un composteur dans les règles de l'art, la première étape consiste à réfléchir ! Aïe aïe aïe ! me direz-vous 😁 Vous allez voir, c'est assez simple en vérité.


Observez votre jardin, au surplus aidez-vous d'un plan, d'une photo satellite... car il est important de tenir compte des éléments suivants pour déterminer le meilleur emplacement :

  • Éviter les zones exposées au vent : un endroit abrité aide à maintenir la chaleur et l'humidité nécessaires pour le compostage. En effet le vent a tendance à dessécher le compost.

  • Choisir une zone à proximité de la maison : un emplacement proche de la maison facilite l'accès pour ajouter les déchets de cuisine. Oui, il est plus agréable de faire le chemin à pied sec que de traverser toute la pelouse mouillée par la pluie.

  • Trouver l'équilibre entre soleil et ombre : Un équilibre entre soleil et ombre est idéal pour éviter le dessèchement en été et le gel en hiver. Donc soleil le matin et ombre l'après-midi seront parfaits.

  • Poser le composteur sur une zone terreuse : le compostage ne fonctionne pas sur un sol minéral ! En effet, ce sont les organismes du sol qui vont opérer. Les déchets doivent être en contact avec la terre.


C'est pour toutes ces raisons que j'ai déplacé le mien ! Outre le fait qu'il fallait plus de place liée à l'arrivée du deuxième (composteur, pas enfant ! 😉).


Voici un schéma qui vaut mieux qu'un long discours :


installer un composteur : schéma du meilleur emplacement
Plan schématique expliquant les emplacements possibles, l'emplacement retenu et ceux proscrits (au soleil)


2. Choisir le type de composteur


Parmi les modèles du marché, on trouvera des modèles en bois ou en plastique.

  • En bois : l'effet rendu est plus naturel et plus esthétique. Cependant, il est moins durable car il finira par pourrir au bout de 5 à 10 ans et se décomposer lui aussi... De plus, les produits chimiques utilisés pour le traiter ne sont pas forcément très sains pour l'environnement...

  • En plastique : ils sont plus durables malheureusement et plus faciles à nettoyer. D'autre part, plus faciles à gérer en termes d'humidité et de chaleur.


Dans mon cas, le choix était déjà tranché : l'ancien composteur installé par les anciens propriétaires était en plastique et bon état, tandis que le deuxième offert par le SICTOM était en PVC aussi... Autant ne pas se priver !


2bis. Deux composteurs valent mieux qu'un...


Si vous en avez la possibilité (place, argent), deux composteurs valent mieux qu'un seul. Je vous explique :

En effet, pour obtenir un compost mature et utilisable au potager, il faut compter au minimum 1 an de décomposition, 2 ans sont mieux. Or, quand on y met tontes, feuilles mortes, déchets de taille, ça se remplit vite !


C'est pourquoi j'ai voulu regrouper les deux et opérer une rotation ainsi :


Composteur 1

Composteur 2

Année 1

remplissage au fil de l'eau

vide au départ quand vous installez les deux en même temps (le mien lui était déjà plein)

Année 2

repos et fabrication d'un compost mûr

remplissage au fil de l'eau

Année 3

a. vidage et utilisation du compost mûr b. remplissage au fil de l'eau

repos et fabrication d'un compost mûr

et ainsi de suite...




intérieur d'un composteur rempli avant fermeture
Avant de fermer le composteur pour mise au repos, on termine par une couche de matière carbonée (bois) pour éviter les odeurs et les nuisibles.

deux composteurs l'un à côté de l'autre pour organiser une rotation
Deux composteurs valent mieux qu'un pour organiser une rotation ; les pavés indiquent aux autres membres de la maisonnée qu'il ne faut plus remplir ce bac.


3. Préparer le sol pour installer un composteur


Ça y est ! Votre composteur est livré ! Il est tout beau dans son emballage. Vous êtes tout.e excité.e mais...


... avant de le monter, il faut d'abord préparer la zone :

  • désherber

  • enlever tout ce qui y est stocké

  • épierrer

  • niveler

  • décompacter


emplacement du composteur avant installation : sol compacté
Le sol existant était compacté car c'était une ancienne zone de stokage de pierres

On veillera à ce que le sol soit bien drainé pour éviter l'accumulation d'eau néfaste pour un compostage harmonieux. Le sol devra être plat sinon le composteur risque de tomber ou de pencher dangereusement. Au surplus il faudra niveler.


Vous allez me dire mais c'est contradictoire avec le fait que sol doit être drainé ! En fait on évitera les sols lourds tels l'argile, qu'on pourra amender avec du gravier, et on fera une légère pente à 1%. Mais le fait que ce soit en partie abrité sous un arbre peut suffire aussi.


Autre préparation indispensable : décompacter et aérer le sol SOUS le composteur, afin de permettre l'arrivée des micros et macroorganismes qui vont décomposer les déchets verts. Au surplus, si la zone était auparavant très compactée, on peut aider en ajoutant un activateur de compost au démarrage.


sol préparé à la fourche-bêche et nivelé au râteau
Sol décompacté à la fourche-bêche puis nivelé au râteau. On peut ajouter du gravier ou du sable à un sol trop argileux.

On ne met pas de feutre géotextile entre le sol et le composteur sinon les macro-organismes ne pourront pas passer !

4. Installer un grillage anti-rongeurs sur le sol


Étape essentielle et trop souvent oubliée !


Combien de fois n'entends-je pas mes clients se plaindre que des rongeurs de tous poils se sont installés dans le compost ! En effet, il y fait chaud et humide, et ils y trouvent de quoi manger. On leur livre en somme le gîte et le couvert.


On va donc étendre sur le sol un grillage dont les mailles sont suffisamment petites pour empêcher lérots, loirs et rats d'y entrer, et suffisamment grandes pour laisser passer les lombrics et autres macro-organismes (lombrics, cétoine dorée, cloporte etc). Soit :


  • Largeur d'une maille :13*13 mm

  • Diamètre du fil : 0.8 mm ou plus


rouleau de grillage fermette anti-rongeurs 13*13mm
Exemple de rouleau de grillage, appelé aussi « fermette » utilisable contre les rongeurs

(Trop fin, les rongeurs pourraient réussir à le couper) - mais celui-ci est déjà parfait car, croyez-moi, même avec une pince coupante ce n'est pas évident.


On le choisira galvanisé ou plastifié, peu importe.


On replie les bords et on fixe le grillage avec des agrafes à géotextile :

grillage antirongeurs déroulé sur le sol
On replie les bords.
grillage antirongeurs tenu avec des agrafes pour feutre géotextile
On maintien le grillage avec des agrafes prévues pour feutre géotextile..


5. Monter le composteur (et ce n'est pas forcément le plus facile ! 😁)


Bon, demandez à un ami ou à votre compagnon ou compagne de vie pour tenir les morceaux ! 😁


composteur monté et encore vide posé sur un emplacement préparé et un grillage anti-rongeurs
oh qu'il est beau ! 😁 On notera la superposition des bandes de grillage anti-rongeurs.

6. Commencer le remplissage avec une bonne base


Pour obtenir un compost de bonne qualité, voici deux astuces éprouvées :

  • Couche de matériaux grossiers : Déposez des branches, des pailles ou des feuilles mortes au fond du composteur pour assurer une bonne circulation de l'air.

  • Équilibre des matériaux : Alternez des couches de déchets verts (épluchures de légumes, tontes de gazon) et de déchets bruns (feuilles mortes, carton non traité) pour un bon équilibre carbone/azote.


remplissage du composteur avec du mélange oeuf, carton, branches, feuilles
On mélange différentes origines de déchets : cuisine, jardin.

remplissage de composteur avec des fougères et autres herbacées.
Par dessus, on met de la matière fraîche provenant du désherbage.

L'infographie ci-dessous produite par le Syndicat des déchets de la région de Rambouillet (78) nous résume parfaitement ce que l'on peut mettre au compost :


infographie montrant ce que l'on peut mettre et ne pas mettre au compost
Source SICTOM de la Région de Rambouillet (78)

On mélange matières azotées (tontes, épluchures) et matières carbonées (bois, cartons sans encre) :

mélange de matières azotées et carbonées
On mélange toujours de l'herbe avec du bois.


7. Surveiller régulièrement le compost


Mais installer un composteur dans les règles de l'art ne suffit pas ! Il faut aussi le surveiller régulièrement et le brasser correctement. Voici les points importants :

  • Aération : Retournez le compost régulièrement pour assurer une bonne aération et une décomposition uniforme.

  • Humidité : Maintenez le compost humide, mais pas détrempé. Un compost trop sec ralentira la décomposition, tandis qu'un compost trop humide peut devenir malodorant.

  • Taille des matériaux : Coupez ou broyez les matériaux en petits morceaux pour accélérer le processus de compostage.


les règles d'or pour réussir son compost : petits morceaux, équilibre des apports, brassage, surveillance de l'humidité
Source SICTOM de la Région de Rambouillet (78)

Pour que le compostage se déroule bien, il faut qu'il y ait de l'eau mais pas trop. Par temps sec, n'hésitez pas à arroser votre compost avec quelques arrosoirs.

Un compost qui sent mauvais, c'est un compost déséquilibré. Il y a de fortes chances qu'il manque de carbone. Les matières humides azotées commencent à fermenter et à dégager du méthane, ce qui provoque de mauvaises odeurs. Ajoutez du carbone et tout devrait rentrer dans l'ordre.


Trop de moucherons = compost trop humide
Trop de fourmis = compost trop sec

Ce tableau récapitule les différents problèmes rencontrés lors du compostage :


les différents problèmes rencontrés dans le compostage et les solutions
Source SICTOM de la Région de Rambouillet (78)


En suivant ces pratiques, vous optimiserez l'efficacité de votre composteur et obtiendrez un compost de haute qualité pour enrichir votre jardin.


8. Gérer les nuisibles dans le composteur


Même si vous avez été prévoyant et mis un grillage anti-rongeurs, on respectera également cette maxime du bon composteur :


Pas de viande ni de poisson ni charcuterie d'aucune sorte ! Ni de produits laitiers.


Ils sont trop appétant pour nos amis les rats.


Également, mettez une couche de matériaux bruns après avoir ajouté des déchets de cuisine (pelures de légumes de fruits) pour réduire les odeurs et décourager les nuisibles.


8bis. Mettre des plantes répulsives


Si vous avez de la place, et aussi pour dissimuler le composteur, vous pouvez aussi l'entourer de plantes répulsives pour les rongeurs. Ça ne fonctionne pas à 100%, mais en tout cas l'odeur ou de leurs feuilles ou de leurs racines les dérangent et ils s'éloignent :

  • lavande

  • ail

  • oignon

  • incarvillée

  • menthe

  • sauge

  • laurier sauce (Laurus nobilis)

  • romarin


En plus, elles font des fleurs très mellifères.


9. Utiliser le compost mature au bon moment !


Comment savoir si le compost est mûr ?

Il a une texture friable et une odeur agréable de sous-bois. Sa couleur est brun foncé, voire noire. Il est léger, son aspect est homogène et la structure est grumeleuse.

On utilisera le compost mûr pour amender le sol sur toutes les cultures : gazon, potager, plantes vivaces etc.


Pour le rempotage, on gardera une proportion de 1/3 de compost 2/3 de terre.


Voici du compost mûr ; il ressemble à du terreau avec un peu plus de petits résidus de feuilles (parfois) :

photo de compost mûr avec une petite pelle et un seau
Du compost mûr

Ici, on voit que le compost n'est pas mûr car il reste encore des gros morceaux :

compost non mûr : trop de branches ou de coquilles d'oeuf
Le compost n'est pas prêt car les éléments sont encore grossiers

Un peu mieux, mais pas encore assez mûr ; les fougères sont encore en paquet, les coquilles d'oeufs non décomposées :

Compost trop jeune et pas assez décomposé : trop d'éléments sont encore entiers
Compost trop jeune

Comme je le disais plus haut, le compost optimum a 2 ans d'âge. Cependant dès 6 à 12 mois on peut déjà l'utiliser mais en respectant cette règle :

  • le compost jeune sera utilisé uniquement en paillage mince au pied des arbustes. Il s'incorporera lentement au sol.



Grâce à ce guide, vous êtes maintenant prêt à installer un composteur dans votre jardin dans les règles de l'art. Vous avez toutes les clés en main pour choisir le bon emplacement, préparer le sol, équilibrer vos déchets et entretenir votre composteur. Non seulement vous réduirez vos déchets ménagers, mais vous enrichirez également votre sol de manière naturelle et durable. Alors, à vos gants de jardinage et commencez à composter !


Et si vous rencontrez des difficultés à installer votre composteur ou si vous avez besoin de conseils personnalisés pour optimiser votre compostage, n'hésitez pas à faire appel à mes services de coaching jardin.



Ensemble, nous pourrons analyser vos besoins spécifiques et trouver des solutions adaptées pour un compostage réussi. Que ce soit pour choisir le bon matériel, comprendre les étapes de compostage ou résoudre des problèmes spécifiques, je suis là pour vous accompagner. Contactez-moi dès aujourd'hui et transformons votre jardin en un havre de verdure fertile et écologique !


 

Christian DIF

Architecte-Paysagiste

Comments


Abonnez-vous pour ne rien manquer !

Abonnez-vous pour recevoir des mises à jour par e-mail et accéder à du contenu exclusif.

Merci pour votre envoi !

bottom of page